« J’ai soufflé dans mon instrument à m’en faire péter les veines du cou »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *