Archives de catégorie : Actualités

Aigues-mortes : une bastide au milieu des marais.

Ce vendredi 5 octobre est un jour de grande joie : tout le secondaire part pour Aigues-Mortes, visiter sa bastide et ses salins.

Arrivée à Aigues-Mortes à 10 h 30, direction la tour de Constance pour une visite avec Patrick, notre guide. 

La tour de Constance élevée par Saint-Louis, en 1242, surplombe la cité au nord-ouest.  Haute de 33 mètres elle possède une terrasse à 22 mètres et une lanterne de 11 mètres plus haute, où l’on entretenait un feu pour guider les navires. L’épaisseur des murs à la base est de 6 mètres.

Sur la terrasse de la Tour de Constance

De la tour de constance, on peut apercevoir les Pyrénées, Nîmes, Montpellier, Sète, le Mont Ventoux… 
La tour de Constance sert d’abord de château pour le roi, sa famille et ses gardes, puis elle servit de prison pour les Protestants pendant les guerres de religion.

L’enceinte de la cité médiévale a un périmètre de 1643 mètres; elle est munie de remparts qui comportent 10 portes en tout. Avec Patrick nous en parcourons une petite partie. 

Le front sud,  pour faciliter le commerce, est ouvert par quatre portes : la Marine, l’Arsenal, la porte des Gaillons, et celle de l’Organeau.

Le port construit par Louis IX (saint Louis), est à quelques centaines de mètres de la bastide; il servit de port de départ pour la VII° et la VIII° croisade – 600 à 700 bâtiments – et était ouvert au commerce avec l’Orient.

Nous avons visité ensuite l’église Notre-Dame des Sablons, où nous avons chanté un « Je Vous Salue Marie ». Cet édifice est sans doute le plus ancien des monuments de la ville. 

Amadou et Raphaël

Les Salins d’Aigues-Mortes

1/Introduction                                                                                             

Camelle de sel

Après la visite du château d’Aigues -Mortes nous nous sommes dirigés à pied vers les salins .

Les salins d’Aigues-Mortes  sont une zone humide de 9 000 ha, au patrimoine inestimable.

Ils représentent la deuxième richesse biologique mondiale après la forêt tropicale, et ils jouent un rôle majeur dans le maintien de la biodiversité.

2/La faune

Nous nous sommes déplacés en train touristique.

Flamants roses

Durant le trajet nous avons aperçu des oiseaux, notamment des flamants roses. La Camargue est en effet un grand réservoir alimentaire et un lieu de reproduction d’une importance primordiale pour les oiseaux qui séjournent durant le printemps et l’été. C’est aussi la première réserve de flamants roses en Europe, qui abrite en outre une faune unique : 200 espèces d’oiseaux dont 157 sont protégées.

3/La flore

La récolte de sel sur les salins depuis des centaines d’années a favorisé une flore particulière et spécifique au milieu salicole.

Sur le site d’Aigues-Mortes on peut admirer 208 espèces végétales dont 20 protégées. D’ailleurs c’est l’algue dounaliella salina qui donne à l’eau sa surprenante couleur rose.

4/Fleur de sel

Encore aujourd’hui, les sauniers récoltent la fleur de sel de Camargue  manuellement dans le respect des traditions .

5/Les camelles de sel

Nous nous sommes arrêtés devant les camelles de sel et nous en avons escaladé une. De là nous pouvions apercevoir toute les autres dunes de sel et au loin Aigues-Mortes et sa forteresse.

6/Utilisation du sel

Le sel est utilisé pour l’alimentation, pour la conservation des aliments, pour l’agriculture (chevaux, vaches…), et pour déneiger les routes.

7/Histoire des salins

Dès l’Antiquité, un ingénieur du nom de Peccius est chargé d’ organiser la production de sel de mer à Aigues-Mortes pour couvrir les besoins alimentaires de la nouvelle province de l’Empire .

A la fin du XVIIème siècle, 17 petits salins étaient exploités dans l’ enclos de Peccais. 
Ils appartenaient à divers propriétaires qui, après les graves inondations de 1842, s’associèrent à un négociant  montpelliérain pour fonder en 1856 la compagnie des Salins du midi, connue sous le nom de « Salins ».

Aujourd’hui, dix sauniers y perpétuent une tradition transmise de génération en génération, gérant le mouvement des eaux en fonction des coups de vent, des orages et de la salinité et continuent ainsi la récolte du sel et de la Fleur de sel de Camargue.

Aude et Philippine

La Grande Section à La Providence

En grande section de maternelle les élèves continuent les apprentissages de graphisme, motricité.

L’écriture et la lecture avec la pédagogie Jean qui rit par le rythme, le geste et le chant.

Pour ce qui est du calcul ils partent de situation concrète en manipulant des objets, en se déplaçant pour tout ce qui est orientation dans l’espace.

En fin de grande section ils savent déjà lire quelques mots, écrire en attaché « lettres cursives », et en mathématiques compter, faire des petites additions et soustractions jusqu’à 20.

Nous apprenons à jouer ensemble, à perdre, à gagner.

Le cours préparatoire à l’école la Providence

En CP après avoir fait une bonne révision des voyelles et des consonnes ils voient les sons complexes et lisent des petits textes.

Ils font de la copie, des dictées de mots et de phrases.

En calcul on commence à aborder un peu de géométrie, les chiffres jusqu’à 100 les additions et les soustractions.

Dans les deux classes ils ont une initiation à l’anglais et à la découverte du vivant.

Ils apprennent aussi quelques chansons et un peu de vocabulaire en italien et en espagnol.

Et bien sûr la peinture, la pâte à modeler, le piquage, le bricolage, la musique, le chant sont à l’honneur pour laisser libre cours à l’imagination et à la création artistique.

La pédagogie Jean qui rit

La philosophie portée par la Pédagogie Jean Qui Rit est ancrée dans l’observation faite par sa fondatrice Marie-Brigitte Lemaire pendant ses premières années d’enseignement : les cours ne peuvent pas à être dispensés de la même manière à des adolescents et à des enfants de 5 ans. Non seulement le contenu, mais aussi la pédagogie utilisée doivent s’adapter aux capacités de chaque âge.

Entre 5 et 7 ans, les enfants ont besoin de bouger : ce besoin doit être respecté tout en étant accompagné pour lui permettre, quelques années après, de se concentrer plus longtemps.

Le geste, le rythme et le chant utilisés par la Pédagogie Jean Qui Rit permettent aux enfants de mémoriser et de mettre en relation les sons, les signes et le sens des mots mais aussi de canaliser leur énergie. Ainsi la pédagogie JQR intègre les 2 éducations nécessaires à l’enfant : apprendre à se structurer et acquérir des savoirs.

Par ailleurs, à travers la stimulation de l’ensemble de leurs sens, la pédagogie est résolument attachée à proposer un cheminement d’apprentissage permettant aux enfants de développer simultanément les deux hémisphères de leur cerveau, soit l’ensemble de leurs capacités et potentialités prises dans leur unité. Cette approche permet de favoriser un véritable épanouissement et d’installer les bases d’un équilibre durable chez les enfants.

Mme. Marie-Françoise Villon, Institutrice de Grande Section. 

Que font “nos petits” en maternelle?

Hésitez-vous à mettre vos enfants chez nous? Voici un petit aperçu de la classe de maternelle pendant le cours de motricité :

1- Monter sur le toboggan

2- Glisser

3- Sauter à pieds joints dans les cerceaux

4- Marcher en équilibre sur les pavés

5- Les maternelles au travail en salle de classe

Pour plus d’information, contactez-nous en cliquant ici

Pourquoi faut-il des règles à l’école?

Nous avons tous entendu cette question sortir de la bouche des enfants au moins une fois dans notre vie. Néanmoins, la réalité c’est qu’il y a des règles partout et non seulement à l’école, mais aussi à la maison, au travail, sur la route, dans les jeux, au supermarché, et caetera.  Les règles sont là pour nous apprendre à vivre en société, et vivre de façon harmonieuse et respectueuse. Nous avons tous besoin de règles pour grandir, nous épanouir, nous découvrir nous-mêmes et connaître nos limites. C’est uniquement par ce biais que nous serons capables de nous réinventer et de devenir la meilleure version de nous-mêmes chaque jour.

Mais quelles sont les règles les plus importantes à La Providence ?

Pour répondre à cette question, voici notre recette secrète:

La recette du bonheur à La Providence

          Dans mon école je mélange:

  • 10 cuillères à soupe de bonne humeur.
  • Une bonne dose de reconnaissance envers mes parents.
  • Une pincée de bienveillance envers autrui.   
  • Quelques gouttes d’honnêteté (je donne mon téléphone au portail, par exemple).         
  • Un zeste d’amitié, une larme de compassion et un doigt de patience (je fais participer les autres à mes jeux).     
  • 500 grammes de respect envers mes professeurs.   
  • Un soupçon de propreté pour mon uniforme assaisonné d’ordre au réfectoire.         
  • Un paquet de bonne volonté pour faire mes devoirs en classe.

Ensuite, je n’oublie pas de casser la colère et tamiser les insultes et les tricheries pour éviter l’amertume.  Je fais cuire ma recette avec un grand sourire et je saupoudre d’un zeste de prières et d’une pincée de pardon.

En dégustant cette recette, la JOIE accompagnera toute ma journée!

C’est la rentrée 2018-2019!!!

A la Providence c’est aussi la rentrée, et devise oblige, elle se passe nécessairement dans la joie! Nous sommes ravis d’accueillir de nouvelles familles et de retrouver les anciennes, “fidèles au poste” !
Merci à tous ceux qui nous ont permis de franchir le cap de cette 4ème rentrée, par un don, un coup de main, du temps… Merci à l’association qui se donne sans compter pour que vive notre école, aux parents qui nous font confiance et qui savent répondre “présents” , lorsque nous avons besoin d’eux, aux enseignants qui transmettent leur savoir avec passion, aux enfants dont les sourires sont notre plus belle récompense ! 
Il reste encore quelques places dans nos classes que nous avons agrandies ! Faites passer le mot !

Bonne année scolaire à tous! 

Sortie au musée

Cet après-midi, maîtresse nous a dit : pas de sieste ! Aujourd’hui, nous prenons la même direction que les « grands » : rendez-vous au musée des Beaux-Arts de Carcassonne, pour découvrir en compagnie de charmants animateurs l’art du paysage et du portrait !
Dans un premier temps, il nous faut regarder et écouter : admirer ces cadres au mur, s’attarder sur cette image hors du temps, si lointaine des images numériques et ultra-rapides que diffusent les écrans qui nous entourent …..

Puis, devenus « familiers » de ce langage artistique et désireux d’imiter ceux que nous admirons, nous attrapons planches rigides et feutres pour nous lancer sur leurs traces : certains décident de copier, les plus téméraires se lancent dans leur autoportrait !

Deux heures et demi de pur bonheur, où notre soif d’apprendre et notre enthousiasme n’auront cessé de surprendre le personnel du musée, peu habitués à un auditoire aussi jeune, aussi curieux, mais surtout aussi discipliné et attentif !
Nous partons en promettant de revenir pour les résultats du concours des plus beaux portraits, mais également en les invitant à venir découvrir notre petite école « vraiment pas comme les autres » !

Les maternelles en cuisine

Parce qu’à la Providence, il y a un temps pour tout, une fois l’apprentissage de la nouvelle lettre terminée, il fait bon passer en cuisine : c’est aussi l’occasion pour les “grands” du CE de nous montrer comment utiliser la balance, de nous raconter l’histoire du gramme et celle du kilo, de nous émerveiller en multipliant les oeufs et les plaquettes de chocolat, pour que la recette initiale prévue pour 6 personnes viennent en régaler 20 !