La réforme du collège ? Pourquoi La Providence dit “non”.

Beaucoup de tapage médiatique autour de cette énième réforme du collège qui entrera en vigueur en septembre 2016, mais quels parents savent vraiment ce qui attend leurs enfants ? Et s’ils le savent, comment peuvent-ils le leur faire subir ?

Les textes officiels modifient à la fois l’organisation des collèges, le contenu des enseignements et les pédagogies utilisées en classe.

Quels horaires pour les collégiens ?

Une première conséquence pour les élèves sera l’allègement des emplois du temps.
En moyenne les élèves auront a minima 250 h de moins sur leurs 4 années au collège (soit deux mois et demi…). Les volumes horaires actuels des établissements publics ou sous-contrat étaient déjà considérablement allégés si l’on considère qu’en 1976, et seulement pour cette matière, un élève qui sortait du collège avait reçu 2 800 heures d’enseignement du français depuis son entrée au cours préparatoire, alors qu’en 2015, il en a reçu environ 600 de moins. Il a donc perdu l’équivalent de deux années. C’est comme si, au milieu de son année de cinquième, on le faisait passer en seconde (source : sauv.net)

Concrètement, un élève de 3ème verra son emploi du temps allégé de 3 h par semaine (8 h dans le cas le plus défavorable). Et un élève de 6ème de 2 h.
En outre, la durée des cours pourra aussi être raccourcie : des séances de 45 minutes au lieu de 55 minutes actuellement. 60 mn = 45 mn : c’est  la magie des réformes !

La réforme du collège et les options ?

La tendance est à la diminution des moyens consacrés aux options.
La découverte professionnelle (qui permettait de préparer son orientation en 3eme), et les classes européennes sont supprimées.
Le latin, le grec seront encore assez souvent proposés, mais avec des horaires allégés.
Les classes bilingues ne seront gardées ouvertes que dans un nombre très réduit d’établissements.

Et la qualité des cours ?

La réforme du collège fait le choix de diminuer dans chaque matière les heures de cours classiques.
Elle propose d’y substituer d’autres modalités d’enseignement : accompagnement personnalisé et EPI (enseignements pratiques interdisciplinaires).
Les horaires dédiés à ces dispositifs ne sont pas ajoutés, mais ils seront déduits des horaires disciplinaires.
Cela représente 540 h de cours “classiques” qui seront enseignés “autrement” sur les 4 années du collège.

Enfin, les programmes d’enseignement changent, pour toutes les matières et à tous les niveaux :
En mathématiques il y aura beaucoup moins de géométrie et en français il n’y aura plus d’enseignement méthodique de la grammaire.

La réorganisation des cycles : pour dissimuler une nouvelle baisse programmée de niveau ?

  • Cycle 1 : cycle d’apprentissages premiers (petite, moyenne et grande sections de maternelle)
  • Cycle 2 : cycle des apprentissages fondamentaux (CP, CE1 et CE2)
  • Cycle 3 : cycle de consolidation (CM1, CM2 et sixième)
  • Cycle 4 : cycle des approfondissements (cinquième, quatrième et troisième)

Et les manuels ?

Eux aussi très allégés. Les manuels nouveaux suivront une logique « curriculaire » – un mot qui signifie que, désormais, il n’y aura plus de livre « par année », mais par cycle de trois ans. Au collège, les sixièmes partageront leurs manuels avec les CM1 et CM2, puis viendra un livre 5e/4e/3e. Le tout écrit en orthographe rectifiée. Et ne croyez pas qu’ils soient trois fois plus épais : en pratique, un volume couvrira trois ans en autant de pages qu’un volume jadis (cette année encore) couvrait neuf mois.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *